Comment évaluer si le cheval a mal au dos?

Vous vous demandez si votre cheval pourrait avoir des douleurs au niveau du dos?

Soyez attentif à ces signes lors de l’observation, de la palpation, du pansage et de l’équitation.

Comme chez l’humain, les douleurs dorsales sont également une affection courante chez nos chevaux.

Votre cheval peut-il être concerné? Son dos est-il fort et en bonne santé? Ce test que vous pouvez effectuer régulièrement, vous permet d’y voir un peu plus clair, d’avoir une première idée et d’identifier les problèmes précocement (en cas de doute consultez votre vétérinaire).

Commencez par observer le cheval à l’arrêt. Évaluez la zone de l’épaule, en particulier la partie supérieure au niveau du garrot. 

Si le dos du cheval est en bonne santé, l’omoplate est bien enveloppé par la musculature et peu visible. Des creux profonds, devant ou derrière l’os, peuvent indiquer des douleurs dorsales. 

Ces creux peuvent correspondre à des muscles qui ne se sont jamais correctement développés ou à une régression de muscles auparavant en meilleur état.

Regardez maintenant le dos du cheval. Un dos sain est relativement horizontal. Un dos affaissé, creux ou bombé dans la région lombaire (dos de carpe) peut causer des douleurs.

Niveau d’alerte élevé : Les vertèbres sont clairement visibles.

Autre vérification : Le long muscle dorsal court de chaque côté de la colonne vertébrale. Sur un cheval avec un dos sain, la musculature est bien développée. Si les vertèbres sont visiblement saillantes, le dos est trop faible musculairement.

Un dos sain implique toujours un ventre fort

La chaine musculaire dorsale travaille avec la chaine musculaire ventrale). Les muscles abdominaux sont les antagonistes des muscles dorsaux et permettent au cheval de remonter le dos.

Un manque de muscles au niveau du ventre se manifeste souvent par un dos ensellé.

Jetez enfin un coup d’œil sur l’arrière main. De nombreux chevaux ayant des problèmes dorsaux semblent avoir l’arrière main plus haute que le garrot (même si ce n’est pas le cas à la base).

Après avoir examiné visuellement le cheval, vous pouvez faire d’autres vérifications : palpez le dos et observez l’animal lors du pansage et de l’équitation. Si votre cheval montre un de ces symptômes de douleur, consultez un vétérinaire.

1 Comment réagit votre cheval à la palpation ?

a) Passez le bout de votre doigt le long de la colonne vertébrale, en partant du garrot. Sur un cheval avec un dos sain, toutes les vertèbres sont alignées. Si vous sentez qu’un processus épineux sort de la rangée, cela peut causer des douleurs.

Si le cheval semble inconfortable lors de la palpation, son dos n’est pas en bon état.

Symptômes typiques : l’animal creuse le dos, évite vos doigts, couche les oreilles, montre les dents, donne des coups de pied, ou fouaille la queue.

b) Appuyez avec un doigt et une pression modérée (correspondant à environ un kilo), sur différentes parties du dos. Les chevaux avec un dos sain ne vont pas réagir beaucoup. Si le dos fait mal, la plupart des chevaux le montrent clairement. Voir les symptômes ci-dessus.

c) Passez la main le long de la musculature dorsale. Commencez à l’épaule et passez la main simultanément à droite et à gauche de la colonne vertébrale, lentement jusqu’à la croupe (par ex. le pousse d’un coté de la colonne vertébrale, l’index de l’autre). Maintenez une pression d’environ 1 kg. Sur toute la longueur on va avoir, dans l’idéal, une musculature uniforme au toucher et souple.

Par contre, des symptômes de problèmes de dos peuvent être :

La musculature est aussi dure qu’une planche ou au contraire aussi molle qu’un élastique usé. Observez également le comportement de votre animal. Le cheval devrait rester immobile et détendu. Si le dos fait mal au cheval, il se défend (cf. symptômes ci-dessus).

2 Est-ce que le cheval apprécie le pansage du dos et du ventre?

Pansez le dos du cheval avec une étrille à gros picot en caoutchouc, faites des mouvements circulaires de l’avant vers l’arrière. Le cheval devrait rester calme même lorsque vous brossez avec une pression plus forte. Si l’animal proteste par exemple en creusant le dos, ce n’est pas un réflexe naturel, mais un signe de douleur. De nombreux chevaux ont des réactions négatives au pansage du ventre. Une raison possible : les muscles abdominaux sont tendus en raison de problèmes de dos, rendant le pansage inconfortable à cet endroit pour le cheval.

3 Est-ce que le cheval peut facilement lever les sabots des postérieurs?

Observez le comportement du cheval pendant le curage des sabots des postérieurs et chez le maréchal-ferrant. Parce que les gros muscles de l’arrière-main sont reliés au dos, lever les sabots permet de voir à quel point le cheval est détendu. Un cheval avec un dos en bonne santé soulève volontiers les sabots et peut les maintenir pendant une période prolongée sur trois membres.

En cas de douleur au dos, lever les postérieurs devient difficile pour l’animal. Certains chevaux ont du mal à soulever la jambe par eux-mêmes vers l’arrière. Un signe courant chez le maréchal-ferrant : le cheval ne peut pas tenir la jambe en l’air longtemps et la retire soudainement.

4 Comment réagit le cheval au moment de seller ?

Normalement, seller un cheval ne devrait pas le déranger. Si le cheval couche les oreilles rien qu’en voyant la selle, il associe probablement la selle à des douleurs de dos. D’autres chevaux souffrant de problèmes de dos peuvent réagir seulement lorsqu’on pose la selle, en essayant de mordre le cavalier. D’autres n’aiment pas être sanglé. Ces chevaux ne sont pas « chatouilleux », comme on le pense souvent à tort, mais les muscles au niveau du sternum peuvent être tendus en raison de problèmes de dos. Cependant, le cheval peut aussi avoir des douleurs à l’estomac. Dans tous les cas de figure assurez-vous de trouver la cause de ces problèmes.

5 Le cheval se déplace-t-il de manière souple ?

Que ce soit en liberté, lors du travail monté ou en longe : si le dos du cheval est en bonne santé, l’animal se déplace de manière énergique et motivé, avec une cadence régulière et une bonne impulsion. Les membres ne peuvent bouger correctement que si le dos est souple. Si le cheval a des douleurs dorsales, sa démarche parait raide et laborieuse (et le cheval semble « froid », « paresseux »).

Beaucoup d’équidés ont des problèmes de régularité / de cadence, trainent les sabots (la pince) ou trébuchent. Les chevaux souffrant de problèmes de dos refusent souvent de galoper ou ont un galop désuni.

Un autre signe de douleur : on a l’impression que l’avant et l’arrière ne se déplacent pas de manière harmonieuse. Le dos et le ventre sont tendus. Observez également la queue, chez un cheval avec un dos en bonne santé, la queue fait un mouvement de pendule, détenu, de droite à gauche. Si elle est portée de manière anormalement haute, coincée ou plus vers le côté gauche ou droit, c’est un signal d’alarme.

Lorsqu’on longe le cheval

Outre les points énumérés ci-dessus, nous devrions également faire attention à la manière dont le cheval s’étire vers l’avant et vers le bas. Chez les chevaux avec un dos en bonne santé, le dos reste relevé. Chez un cheval souffrant de douleurs de dos, le thorax s’affaisse entre les épaules.

Equitation

On peut repérer si le dos est en bon ou mauvais état en général dès le moment où vous montez en selle: un cheval avec un dos en bonne santé reste immobile et calme. Si le cheval creuse le dos, le soulève ou part en courant, il a des douleurs.

Autres points de vérification : un cheval avec un dos en bonne santé « remonte le garrot » (le thorax est mieux soutenu par les bonnes chaines musculaires qui travaillent efficacement). Et il est confortable à monter et facile à assoir à toutes les allures. Si c’est le contraire, le cheval ne fait pas fonctionner son dos. Il pourrait avoir des douleurs. D’autres signes de problèmes de dos incluent le fait que le cheval s’appuie (trop) sur la main, court sous le cavalier, est difficile à placer et à incurver. La bouche s’ouvre trop souvent / nerveusement ou est trop serrée. (cf. version image du pain ethogram de Dyson, l’éthogramme de la douleur, ici)

A propos de l’auteur

Mes activités

Retour sommaire

Partager :